Catégories
Littérature française

Liv Maria, la pépite romanesque de la rentrée

Son nom est Liv Maria Christensen. Elle fut l’enfant solitaire, la jeune femme fiévreuse, l’amoureuse du professeur…

Roman d’apprentissage, récit initiatique, la liberté de Liv Maria se distille à chaque ligne du récit romanesque de sa vie chaotique. Un coup de vent frais sur la rentrée, venant de l’océan et signé Julia Kerninon, aux éditions L’Iconoclaste. Une très belle découverte!

Héroïne romantique comme la Jane Eyre de Charlotte Brontë, ou Emma de Jane Austen, Liv Maria est le centre, la seule identité, de ce livre road-movie, situé à la toute fin du XXe siècle. Moment où la géographie, perdant de ses limites, est devenu territoire de toutes les expériences. Et la jeune Liv Maria y mordra à pleine dents, quitte à y perdre des plumes.

Raison et sentiments

Personnage romanesque, Liv Maria est une sorte de Robinson Crusoé fin de siècle qui finira sur une autre île aux trésors, traînant ses secrets et ses douleurs. Mais surtout elle incarne la tragédie moderne, comme une Anna Karenine en basket, une Phèdre qui prendrait l’avion. Un destin difficile quand la liberté est encore si fragile et que bien des pionnières s’y sont aventurées au péril de leur désirs. Un destin qui s’acharne et auquel nul n’échappe.

Liv Maria est une îlienne de Bretagne, à la nature encore sauvage -d’où exactement? Bréhat ou peut-être Groix, cela n’est pas précisé ! -, solide comme son père, un viking Norvégien, Thure Kristensen, taiseuse comme sa mère, Mado Tonnerre, tenancière de café. Lecteur insatiable, Thure cite Faulkner ou Beckett à sa toute petite fille. Des parents fondateurs qui éclairent toute une vie. « Son père était un lecteur et sa mère était une héroïne », confie le narrateur.

Les forces du destin

Toute jeune, ils la poussent à quitter son caillou, après une agression. En exil permanent de son île et citoyenne du monde, elle vit, poussée par le vent, de pays en pays. En tournant le dos au malheur, elle rencontre l’amour et, ironie de la vie, le retour du passé dans le même temps: « Fous de joie, ils avaient trouvé un prêtre douteux qui avait accepté de les marier sur la plage d’El Paredon. »

Liv Maria baptisée dans la littérature et les embruns, nous emmène d’aventures, en voyages amoureux, bercés par l’exotisme des langages et des secrets bien gardés. « La langue qu’ils parlaient entre eux étaient une langue inexacte, un broken english d’expatriés, mais ils jouaient ensemble, ils faisaient rouler les mots entre leurs dents, ils se créaient comme ça un territoire, une cabane où ils pouvaient se tenir tous les deux dans un équilibre instable. »

Du souffle et de la fraîcheur

Un roman qui a du souffle, une écriture ample et une narration serrée; une tension permanente et une rencontre énigmatique qui traverse tout le récit. Je n’en dirai pas plus, sinon je vous priverai de grandes joies.

Je peux seulement vous confier qu’il est difficile de refermer ce livre, Liv Maria m’a laissée à l’abandon… Il est des histoires auquelles on s’attache plus qu’à d’autres! Cela fait partie des risques de la lecture.

Et puis, il y a comme un pincement au cœur à découvrir une autrice de grand talent, seulement à son cinquième roman… J’ai pris la mesure de ce que j’avais pu rater ! Et je compte bien me rattraper. 

Liv Maria de Julia Kerninon, L’Iconoclaste,19€ 

Par livresagites

journaliste, critique, blogueuse, premier roman en cours

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.